Dubaï: l'hypothèse Mossad plus que bancale !

Publié le par Dabbag.info

__Cul-de-jatte.jpg__Le Financial Times de ce matin n'y va pas de main morte. Son éditorial, repris par quelques grandes plumes de la presse internationale, part de ce qui reste encore une incertitude pour émettre une hypothèse pour le moins bizarre.

Pour lui, c'est bien le Mossad qui a assassiné  Mahmoud Al-Mabhouh le 19 janvier dernier à Dubaï. Et le journal financier de croire avoir pu décrypter le "message" que le service israélien a voulu envoyer à l'Iran en dépêchant sur les lieux de l'opération une pléthore d'agents (28 dénombrés à ce jour!).

Dubaï étant la plaque tournante du business iranien, Israël, lit-on, aurait voulu démontrer sa capacité à faire débarquer n'importe où dans le monde un car entier de touristes spéciaux pour atteindre son ennemi.

Le Financial Times conclut, de ce fait, que ce fut un fiasco à cause de la célérité de la Police émirati qui a démasqué le commando plus vite que prévu.

Hypothèse totalement bancale puisqu'elle repose entièrement sur la contradiction qu'elle produit d'elle-même. En effet, si le "message" du Mossad avait été de démontrer quelque capacité que ce soit de ses hommes de faire mal à l'Iran, il aurait, au minimum, fait en sorte que ceux-ci ne soient pas piégés par ce reality show grotesque de 25 minutes auquel nous avons droit. Surtout quelques heures après qu'ils aient éliminé un individu qui, somme toute, et si on suit l'hypothèse, n'était pas en soi la cible d'une opération dont le but principal était ailleurs.

On peut encore s'interroger sur ce qui inciterait Israël à donner dans la quantité alors que sa guerre de l'ombre contre la République islamique tient à la discrétion absolue comme à une arme essentielle. 

Non, soyons sérieux, les supputations de la presse et les affirmations à l'emporte-pièce d'une police qui manque singulièrement de preuves tangibles, ne peuvent pas être à la base de pareilles hypothèses.

Alors qu'à côté, on n'a toujours pas expliqué, à Damas, comment il est possible ou seulement concevable que ce pays, protecteur de toute le terrorisme régional n'ait pas trouvé, pour ses molosses attitrés, 2 ou 3 places dans l'avion qui embarquait Al-Mabhouh .

A chacun son idée fixe, mais le moins que l'on puisse dire c'est que la nôtre tient sur ses deux jambes. 

Publié dans Moyen-Orient

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article