Shoah: Re-spoliation des biens juifs en Lettonie

Publié le par Dabbag.info.over-blog.com

3443493892_d302a10042.jpg__Le moins que l'on puisse dire de l'administration lettone, c'est que malgré tous ses efforts pour s'affranchir de la bureaucratie de l'ère soviétique elle en a gardé la phraséologie en changeant d'enseigne.

Selon le Secrétaire d'Etat à la justice Martinsh Lazdovskii qui préside le "Groupe de travail sur la restitution des biens spoliés" il est "impossible de rendre tous les biens à leurs propriétaires juifs avec les lois existantes sauf à en voter une nouvelle. Cependant, les experts qui ont participé à ce groupe de travail, ne recensent que 56 ou 58 biens et objets ayant été confisqués aux juifs lettons, autant sous le régime soviétique que durant la seconde guerre mondiale".

Le Secrétaire d'Etat affirme ensuite que la moitié a déjà été rendue au cours de la réforme foncière mais que la discussion se poursuit à propos de 30 biens qui appartiennent à l'Etat ou à des organismes autogérés (sic) et quelques-uns à des particuliers (re-sic).

Et comme une contradiction ne vient jamais seule il ajoute que " ces restitutions sont devenues aussi impossibles à cause de la réforme foncière". En fait on se demande à quoi peut bien servir ce "groupe de travail" ou même une loi qui remettrait en question les acquis de la réforme foncière. 

Cependant, si une loi venait à être votée, il restera toujours impossible de rendre aux juifs lettons les biens qui appartiennent aujourd'hui à des particuliers. Ainsi que les terrains des cimetières, les écoles et les hôpitaux. Ces derniers étant devenus propriété de l'Etat ou "d'organismes d'autogestion" divers et variés; il ne resterait donc, au final, plus rien à rendre.

Il est d'ailleurs peu probable que quoi que ce soit aille devant le parlement puisqu'il faut se rappeler que celui-ci avait déjà repoussé, en 2006, un projet de loi qui prévoyait d'indemniser la communauté juive de Lettonie à hauteur de 45 millions d'euros. Cette indemnisation concernait autant les biens spoliés pendant la guerre que ceux confisqués par les autorités soviétiques.

Mais une loi peut toujours aller là où elle veut ; ça ne mange pas de pain, comme aurait pu dire....Kafka!
 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article