Liban : le Hezbollah ne tuera pas Aoun, le ridicule non plus.

Publié le par A.K.

3886704791_08562ef827.jpg __On se demande vraiment, à ce stade, si Michel Aoun croit un demi-mot de ce qu'il raconte. S'il croit même qu'un demi quart pour cent des chrétiens libanais le prend au sérieux. 

L'Orient-Le Jour nous apprend que cet homme, que la France a accueilli durant quelques années (décidément!), se dit "plus attaché que jamais aux armes du Hezbollah" et qu'il remercie chaleureusement son idole Nasrallah (sayyed pour les intimes) qui dépense sans compter pour sa résistance, "en plus des aides dont il est bénéficiaire". Soit c'est un lapsus, soit c'est...encore un lapsus.

Aoun, dont les fans ne se retrouvent par milliers que sur les factures qu'il doit présenter régulièrement à ses protecteurs, a pu vouloir dire "dont je suis bénéficiaire", tant est improbable sa foi en un avenir radieux sous le sceau de la charia, sans la moindre contrepartie. 

Un rapide sondage téléphonique auprès de nos interlocuteurs libanais nous a convaincu que le vieux Michel, s'il n'avait pas perdu la tête, avait, pour le moins, perdu le sens de la décence.

Bien entendu, un petit nombre de chrétiens lui accorde encore quelque crédit et le soutient, mais avec une telle réserve que l'on comprend rapidement que ces gens-là ont seulement choisi d'avoir la paix en vaquant à leurs affaires, plutôt que de s'occuper de politique dans un pays où ça ne leur avait pas trop bien réussi jadis. 

En dehors d'une garde rapprochée, qui a surtout l'air d'une confrérie d'associés, Michel Aoun n'a personne. Quand on sait combien les chrétiens libanais sont jaloux de leur liberté, quand on sait tous les efforts qu'ils ont fait pour faire du Cèdre le symbole d'un pays moderne, civilisé et prospère, alors on peut vraiment appeler"personne" les quelques maronites, sans scrupules, qui trouvent leur compte dans les nombreux trafics auxquels Hezb., Iran et Syrie confondus, les ont invités.

On comprend, dès lors, que l'ancien général ait besoin des armes du Hezbollah pour se protéger d'un vilain retour de manivelle. Il préfère être ridicule que pauvre et riche qu'au gouvernement. Si tout le monde ne l'avait pas encore compris, eh bien voilà, il l'a dit.

A.K 

Publié dans Moyen-Orient

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article