Israël-Ukraine : l'affaire Bandera et le négationnisme vus de Moscou.

Publié le par Dabbag.info.over-blog.com

Bandera.jpg__Selon le journal russe "Gazeta", lors de sa rencontre avec Binyamin Netanyahou qui a eu lieu à Moscou à la mi-février, le Président Medvedev a déclaré que le 65ème anniversaire de la victoire sur le nazisme devait être célébré comme une "victoire commune" et d'ajouter " la mémoire de ces événements restera pour toujours dans les annales . Il est important de ne pas laisser interpréter ce qui s'est réellement passé. C'est important pour la Russie, pour Israël, et pour le monde entier ".

Les deux dirigeants ont alors convenu de lutter plus fermement contre la négation de l'Holocauste, la résurgence de l'antisémitisme et contre toute forme d'apologie du fascisme. La lutte contre la falsification de l'histoire a rapproché les deux pays qui ont décidé d'en faire l'une des directions principales de leur travail commun. La Russie s'inquiétant autant que l'Etat Juif de la tendance de certains pays, surtout en Europe de l'Est, à interpréter de manière par trop nationaliste plusieurs épisodes de la Seconde Guerre Mondiale.

Cette profession de foi a été le signal d'un déchaînement de la blogosphère russe qui, à cette heure, continue en débat politique extrêmement tendu.

Les internautes pro-israël accusent Medvedev de duplicité à cause de sa politique à l'égard de l'Iran. Les anti-israéliens leur répondant par des copier/coller d'une déclaration d'un diplomate qui a "voulu garder l'anonymat" reprochant à Israël de ne pas avoir gelé ses relations avec l'Ukraine pour marquer sa forte désapprobation dans l'affaire Bandera.

Stepan Bandera, (à qui l'ex-Président Iouchtchenko a décerné le titre de héros de l'Ukraine quelques jours avant son échec aux élections présidentielles) après avoir créé et dirigé un parti ultra-nationaliste violemment antisoviétique et antijuif,  commanda durant la guerre une division ukrainienne de la Wermacht. Bandera a été le responsable direct du massacre de plusieurs milliers de juifs de son pays.

Le nouveau Président Ianoukovitch aurait récemment "regretté" de ne pouvoir revenir sur la décision de son prédécesseur en l'absence d'une loi qui lui permettrait une telle annulation. 

Bien que pro-russe, le nouveau Président ukrainien est aussi l'objet d'une volée de bois vert de quelques bloggeurs moscovites qui remarquent, non sans sarcasme, que Medvedev a maintenant deux contradictions sur les bras : l'Iran et Ianoukovitch. Un suppôt du négationnisme et le complice d'une nomination pro-collaborationniste.

Un certain "Vitaly", à la fin d'un très bref commentaire, donne un conseil au Premier Ministre israélien : " Bibi, crois Ahmadinejad, c'est le seul qui ne ment pas"

L'Affaire Bandera est aussi révélatrice, car elle prouve qu'un homme qui va perdre le pouvoir n'a plus besoin de se masquer.

Publié dans Antisémitisme

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

pan doktor exrudis-vseznayko 09/03/2010 18:12


Vous savez quoi ? Je pense qu'on va réussir à se comprendre. Etudier cette période est très difficile, la guerre mondiale, la guerre civile etc.. Mais on peut arriver à un semblant de vérité à
condition de tenir la distance. Et surtout, tenir à distance la propagande en générale, même ukrainienne... Mon blog vient de sortir, j'ai pas mal d'années de recherches à mettre en ordre encore,
et d'autres buts à toucher. Un peu de patience, donc. Je reviens juste un instant sur la fin de votre papier. Vous ne devriez pas accuser Youchtchenko si vite (et oui la distance..) car c'est un
homme doué d'une grande honnêteté. C'est rare chez un politique. Pour info, le chef de sa garde personnelle durant la campagne de 2004 était juif. Ils en ont vécu des péripéties : l'empoisonnement,
une bombe désamorcée dans la voiture de Julia Tymochenko etc, des empoignades musclées avec les sbires de Koutchma, bref : des frères d'arme pratiquement. Il s'appelle Evhen Tchervonenko, créateur
d'une grande entreprise de transport dans les années 90 (Orlan), et après la victoire si durement acquise, le président son ami, le remercia en lui confiant le portefeuille des transports (ça
tombait bien)... Et à l'entrée de son bureau il y avait une mezuza. Comme antisémite, on a vu pire que Youchtchenko, en tout cas, si je l'étais moi-même, je ne confierais pas ma vie et celles de
mes proches à un Juif ! Donc, cette chute est manquée, mais j'ai apprécié de réelles facultés d'analyse dans votre texte. Voilà pourquoi je vous écris. Si je trouve le nom d'un chef nationaliste
impliqué dans la Shoah, et dont on a la preuve irréfutable, je vous le donnerai en pâture et on le maudira ensemble. Mais pour ce qui est des bandéristes, Bandera était bien trop dur en tant que
chef pour qu'on lui désobéisse et ses ordres étaient clairs : on ne touche pas aux Juifs. L'organisation a pu survivre à Staline grâce à cette discipline de fer. Un jour à Jerusalem, Ieroushalaïm,
je marchais avec un vieux Juif qui me dit, comme ça : j'ai mangé de la chair humaine en 1933... "Horresco referens" comme dirait Virgile. Voilà, il a vécu deux génocides. C'est le XXe siècle. Mais
c'est aussi le siècle qui a vu naître deux Etats : Isrël et l'Ukraine. Pas avec des mots, mais avec des actes. C'est sur les actes qu'on juge. Alors jugeons, mais avant, étudions. Merci à vous.


pan doktor exrudis-vseznayko 09/03/2010 13:13


A partir de maintenant, donner des preuves de ce vous avancez. A défaut, c'est vous qui devrez en prendre prendre la responsilité ! Aucun leader bandériste n'a participé directement à la shoah, ce
n'était pas des enfants de choeur, certes, mais pas des nazis. Si "coupable", on aurait arrêté Bandera à Munich au lieu de l'assassiner, comme Petlura à Paris, ou Shoukhevytch en Ukraine. Mais on a
trouvé qu'un pauvre émigré de Detroit répondant au nom de Demianiuk, on le juge depuis plus de 20 ans et à mon avis on a pas fini de le juger : c'est un peu court pour incriminer les responsables
d'une organisation dont il n'a jamais fait partie. Je suis près à discuter de la shoah, j'ai vu Yad-Vashem et j'ai vu une "juste" planter son olivier, en présence des enfants qu'elle avait sauvés
au risque de sa vie et surtout de celle de ses propres enfants. Le feriez vous, vous-même ? Moi, je n'ai pas de certitude, tout ce que je sais c'est que c'est bien facile de distribuer les points
aujourd'hui, bien au chaud. En attendant, on attente à l'image de tout un peuple, parce qu'il n'a pas mené de guerre colonial, parce qu'il n'avait que sa liberté à défendre, et qu'il n'y vraiment
que la shoah (dont à l'époque des faits le monde entier se foutait !) à lui mettre sur le dos. Et ce faisant, bien sûr, on ne dit rien de la shoah ukrainienne de 1932-1933. Cette shoah-là, a
définitivement forgé la trempe des héros, oui je dis héros, de l'indépendantisme ukrainien des années 40. Des héros "sans peurs et sans reproches", il n'y a que dans les roman de chevalerie qu'on
en trouve. Bandera a vécu une époque qui ne laissait aucune place au dialogue; tout était totalitaire, partout autour de lui. Alors quand a commencé une autre phase de la lutte, après la
"déstalinisation", on a continué à diffamer, comme d'habitude, les militants des droits de l'homme, d'être des nationalistes; CE SEUL MOT SUFFISAIT. Il ne progromaient pas, mais on les enfermait
quand-même... on les accusait de démence, on les cassait à coup de seringues. Les intellectuels juifs et ukrainiens commençaient à s'unir dans la lutte, alors il a fallu encore et toujours resortir
l'épouventail antisémite d'un côté, ukrainophobe de l'autre. C'est la raison pour laquelle il faut être patient, et je vous invite à peser le poids de la propagande. Vous en êtes capable, vous
cherchez à comprendre, ça se sent. Voilà, je suis trop long comme d'habitude, mais mon blog (certes un peu jeune) va pousser dans cette voie : ici un article sur Auschwitz.
http://pan-doktor-exrudis-vseznayko.over-blog.com/article-auschwitz-et-l-ukraine-45231420.html
Bonne lecture !


Dabbag.info.over-blog.com 09/03/2010 16:08


Je n'ai jamais écrit que tous les nationalistes ukrainiens étaient antisémites et je ne contesterai pas non plus le fait que beaucoup d'Ukrainiens sauvèrent des juifs pendant la guerre. On pouvait
parfaitement être juif et nationaliste en Ukraine, je le sais, merci. Il est vrai aussi que beaucoup de juifs périrent lors de la grande famine de 1933, et que cette famine était un crime
stalinien. Je ne cherche pas, moi, à réviser l'histoire ni à dédouaner le totalitarisme soviétique contre lequel luttaient ces nationalistes. J'écris simplement que "beaucoup de responsables
nationalistes ukrainiens étaient antisémites". Votre blog ne contredit en rien cette affirmation. C'est sans hésiter que j'accepte aussi de laisser ici votre lien : il ne me paraît nullement
opposable à ce que j'affirme. Blog dans lequel vous faites quand même le silence sur les dizaines de milliers d'ukrainiens qui ont servi VOLONTAIREMENT la machine nazie. Peu importe, POUR MOI, pour
quelle raison : ils l'ont servie, et dans bien des cas, avec un zèle redoutable. 


pan doktor exrudis-vseznayko 08/03/2010 18:16


Détrompez-vous, Petlura était franc-maçon (d'accord ça ne veut rien dire en soi) mais surtout philosémite. Des progromes, toutes les armées (blanche, rouge et ukrainiennes) en ont perpétré durant
la guerre civile. Je ne sais pas pourquoi, c'est toujours Petlura le coupable... Seulement voilà, les billets de banque ukrainiens étaient en 4 langues, dont le yiddish. Il y avait un ministère
juif et le trésor de la République était géré par des Juifs. Petlura a même fusillé un officier responsable de pogrome. Ce sont des faits. Et je n'en connais pas d'équivalents. Maintenant, Bandera.
Il n'est pas intervenu pour sauver le million et demi de Juifs morts dans la Shoah en Ukraine. Mais il a un bon alibi : il était à Sachsenhausen... Aucun leader ukrainien n'a été jugé ou condamné
pour la shoah. Le KGB les a flingué, diffamé, et ça continue, mais il n'a jamais réussi et ne réussira jamais à obtenir la preuve. Je sais qu'il y a eu et qu'il y a des antisémites en Ukraine,
comme partout hélas, mais pourquoi continuellement coller cette étiquette au mouvement de libération national ?


Dabbag.info.over-blog.com 09/03/2010 11:38


"Des progromes, toutes les armées (blanche, rouge et ukrainiennes) en ont perpétré durant la guerre civile."
écrivez-vous ? Vous trouvez donc des excuses à Petlura ? Quant à votre affirmation sur son philosémitisme, vous en gardez la responsabilité. En tout cas c'est une manière de voir
très...particulière; de la même façon qu'il est assez "subjectif" pour ne pas dire tout simplement révisionniste de prétendre que beaucoup de responsables ukrainiens n'ont pas directement participé
à la Shoah.


Exru 08/03/2010 15:12


Combattre l'antisémitisme est une noble idée, encore faut-il savoir de quoi l'on parle, au risque de produire l'inverse du résultat escompté... D'abord bien connaître l'histoire et ne pas hésiter à
établir ou réfuter certains parallèles. Ensuite s'efforcer de comprendre les mentalités et l'univers d'une époque. Dans les années 30 et 40, voire 50, je ne suis pas sûr qu'il y ait eu tant de
différences entre les activistes sionistes et les nationalistes ukrainiens. En 1940, Bandera prenait déjà ses distances avec le Reich, quand en Palestine Abram Stern du Lehi mais aussi bon nombre
d'activistes juifs combattaient l'empire britannique en guerre contre Hitler... Alors tout cela demande un peu plus de discernement, mais je suis sûr que vous en avez. J'attire particulièrement
votre attention sur le fait que Bandera est un symbole et qu'à travers ce symbole certains s'efforcent de combattre, non pas l'antisémitisme, mais l'Ukraine indépendante. Etablir un Etat au milieu
d'autres Etats, -- empires qui plus est, et en guerre par dessus le marché -- n'est pas à la portée de tout le monde. On veut toujours distinguer "terroristes" et "résistants" mais, au fond, on en
est plus là : tout est fait pour démoraliser l'adversaire en traitant ses héros de "voyous" ou de "bandits". Bandera, un salaud ? peut-être; un voyou ? sûrement pas. En tout cas, en écrivant ces
lignes, je pense aux Juifs de la résistance ukrainienne, qui ont combattu sous le drapeau or azur de l'Ukraine, communisme et nazisme. Cela, ils l'ont fait pour la liberté, dans une situation
déséspérée à tout point de vue. On peut ensuite s'interroger sur l'utilité de titres tel que "héros", mais toujours est-il que l'action réelle prime sur n'importe quel titre. Bandera et les
bandéristes ont donné leur vie pour l'Ukraine. Encore une fois, tout le monde n'en est pas capable. S'il avait suffit de demander à Staline un réferendum sur l'auto-détermination, il n'y aurait pas
eu de Bandera. Et s'il avait suffit de demander à Hitler un Etat ukrainien, non plus !


Dabbag.info.over-blog.com 08/03/2010 17:20


Votre commentaire ne manque pas de pertinence . Cependant, connaissant bien l'histoire de l'Ukraine (peut-être moins bien que vous, certes) je ne peux  vous laisser faire croire à nos lecteurs
que Bandera n'était pas antisémite. Vous savez très bien que, malgré un grand nombre de contradictions entre eux, la position de Bandera sur les juifs n'était pas fondamentalement différente de
celle de Petliura...autre nationaliste dont vous ne pourrez pas nier qu'il était habité d'un virulent antisémitisme.


Dzilis 03/03/2010 05:00


Si M. Medvedev veut reellement combattre la reecriture de l'histoire, qu'il commence par reconnaitre:
1) que la Russie sovietique et l'Allemagne nazie ont ete alliees sur le terrain de 1939 a 1941
2) que la meme Russie sovietique a occupe les Etats Baltes pendant 50 ans, ce qu'elle refuse toujours de faire.