Le Monde diplo. laisse Vidal se vider

Publié le par Jacques Dabbag

4351685741_abd3311dc4.jpg Dominique Vidal, dans la dernière livraison du Monde Diplomatique (en ligne, parce qu'en papier c'est salissant), retrace joyeusement et à grands traits gras l'opération de boycott des produits made in Israël par quelques groupes bien organisés en France. Groupes qu'il reconnaît lui-même comme étant sous la houlette directe d'un certain BDS palestinien dirigé par Omar Barghouti.

Malgré cela, Vidal saisit au bond une maladresse de l'Ambassadeur d'Israël, Daniel Shek, qui racontait se concerter avec "les ministres" pour contrecarrer la dite campagne, afin de développer sournoisement le sinistre argument d'un soi-disant sionisme tentaculaire et oppressif. Une maladresse ou une bourde, l'Ambassadeur, reconnaissons-le, n'en était pas à son coup d'essai.

Passons sur les insultes du pro-palestinien de service et le peu de conscience professionnelle qu'il met à analyser les faits. Ce qui saute aux yeux et qui rend son article tantôt ridicule, tantôt effrayant, c'est son déversement d'une haine que des spécialistes de ce genre de pathologie auraient certainement du mal à interpréter.

N'importe quel lecteur, juif ou non-juif, un tant soit peu objectif, se pincerait jusqu'au sang pour réaliser que l'article est bien daté de 2010. Il ne faudrait que très peu d'imagination à ce même lecteur pour retrouver dans sa mémoire les immenses "Juden" tracés sur les vitrines des magasins juifs dans l'Allemagne nazie.

Vidal explique que cette campagne de boycott est une oeuvre humaniste. Quid de la punition infligée aux travailleurs de l'Etat Juif. Il n'en a cure. Il en sourirait certainement. Son crypto tiers-mondisme s'arrête là où commence le droit du seul peuple au monde à qui il refuse de disposer de lui-même.

Bien sûr qu'il faut traîner devant les tribunaux tous ceux qui appellent à n'importe quel boycott de produits provenant de n'importe quel pays.

Pourtant Dominique Vidal s'assoit sur ses classiques ! Ni Lénine, ni même Trotsky n'ont jamais appelé à boycotter le travail des allemands contre qui ils étaient pourtant en guerre. 

En outre, il fait injure aux ouvriers des serres du Neguev qui soutiennent Shalom Arshav et apprendrait de ses amis Avnery ou Shlomo Sand qu'ils ne rechignent jamais devant une petite tranche de melon indigène.

Grotesque ou abjecte, quand la haine atteint un tel niveau, il vaut mieux que celui qui la ressent se vide de son trop-plein. C'est ce qu'a fait ce monsieur.

J.D

 

Publié dans Antisémitisme

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Aschkel 23/02/2010 08:12


Hi,

Excellent article et trés bon blog.

Pourriez-vous me contacter ?

L'équipe J.A.G


Actu-JSay 23/02/2010 11:18



Merci beaucoup
laissez-moi vos coordonnées et je vous contacte aussitôt