Autorité Palestinienne : l'appel du pied de Mohammed Dahlan au Hamas

Publié le par Dabbag.info.over-blog.com

__Après avoir été âprement combattu par le Hamas, qui a même tenté plus d'une fois de l'assassiner, Mohammed Dahlan revient en conseiller amical du mouvement terroriste.

Il appelle le Hamas à s'unir au Fatah, dont il est l'un des leaders, dans la "lutte pour défendre les lieux saints". Mais Dahlan va plus loin.

Dans le cas où les discussions avec Israël reprenaient, il n'est pas impossible, selon lui, que les négociations ne portent plus que sur la création d'un seul état.

Ce n'est pas la première fois que l'un des proches de Mahmoud Abbas lance cette idée, à la fois comme un test de l'opinion internationale et comme une menace. Saeb Erakat l'avait fait avant lui. En effet, appeler le Hamas à un rapprochement et, dans le même souffle, lui donner cette sorte de gage sur l'avenir des négociations israélo-palestiniennes ne peut être que pure rhétorique.

L'homme a des ambitions. Autoritaire, il sait utiliser ses atouts dans le camp occidental, qui l'a beaucoup choyé, et reprendre à son compte une idée qui fait son chemin dans une certaine gauche européenne et chez beaucoup de démocrates américains.

Personne ne pourrait imaginer que ce ballon d'essai d'un "seul état" se soit envolé de façon uniquement conjoncturelle. Dahlan, à 49 ans, a tout le temps de bâtir son destin sur une illusion unificatrice, d'autant qu'il est bien placé pour savoir que les solutions au conflit ne sont pas pour demain.

En s'attirant les bonnes grâces du califat de Gaza et du bras armé de son mouvement, les Brigades d'Al Aqsa, Dahlan pourrait peser très lourd dans la balance où Abbou Mazen fait de moins en moins le poids.

Quoi qu'il en soit, il n'est pas homme à se ridiculiser en avançant cette hypothèse d'un seul état s'il n'avait eu l'assurance, auparavant, qu'il serait fortement soutenu dans sa démarche.

Si, pour les observateurs du monde entier, c'est Israël qui ne semble pas pressé de parvenir à un accord, on remarquera que les signes ne manquent pas qui nous laissent supposer que la partie palestinienne ne s'en porte pas vraiment plus mal.

Mais pourquoi ? La déclaration de Dahlan signifie-t-elle que les cartes vont être bientôt redistribuées...pour vingt ans ?

Publié dans Moyen-Orient

Commenter cet article